MENU

La Marmite, c'est quoi ?

marmiteLa Marmite est une cantine autogérée, bio et végétarienne, qui organise des repas collectifs. Montée par le groupe de Chambéry de la Fédération Anarchiste, La Marmite a pour objectif de mettre en acte l'autogestion autour d'un projet concret et, par l'organisation de repas, de développer d'autres rapports entre les individus, basés sur les principes d'égalité, de solidarité, de responsabilisation, de réappropriation de l'espace public et d'auto-organisation. Elle est un moyen de se former à la pratique autogestionnaire, de confronter des fonctionnements à des principes, et de montrer que des alternatives sont possibles. Un repas avec La Marmite, c'est aussi simplement un moment de rencontre et de convivialité à partager !

L'autogestion

La Marmite est un projet autogéré par les membres du groupe FA de Chambéry. Cela signifie que dans le groupe organisateur, il n'y a ni chef, ni responsable désigné, mais au contraire une organisation collective et une responsabilisation individuelle. Nous pratiquons la rotation des tâches, il n'y a pas de spécialisation, même s'il y a des compétences diverses, et c'est à chaque membre du groupe de faire des propositions, de s'investir dans le projet. Les tâches ne manquent pas : logistique, information, liens avec les producteurs ou coopératives, gestion ... Les décisions sont prises collectivement et des mandats contrôlables, limités et révocables peuvent être donnés pour des tâches précises. Les repas sont préparés collectivement. Là où nous intervenons, nous proposons aux gens de participer à la préparation du repas, au nettoyage, à l'organisation de la cantine sur place. Avec La Marmite, il n'y a donc pas ceux et celles qui " font la popote " , servent les repas et font la vaisselle, et ceux et celles qui consomment ! Au contraire, chacun-e est invité-e à s'investir à tous les niveaux de l'organisation du repas, sollicitant une attitude active, responsable, dans le cadre d'une association libre, volontaire et ponctuelle avec le groupe organisateur.

Repas végétarien, biologique et local

marmite biologique végétarienneDans un souci d'écologie et de qualité de notre alimentation, nous remettons en question tout le système de production (agro-industrie) et de distribution (supermarchés) des produits alimentaires. A La Marmite nous privilégions donc des produits sains (produits non-OGM, certifiés biologiques ou non, produits sans pesticides ni engrais de synthèse). Nous choisissons aussi, dans la mesure du possible, de faire appel à des producteurs locaux. Encourager ainsi les filières courtes, c'est aussi remettre en cause le transport des marchandises sur de longues distances, conséquence d'une production organisée pour maximiser les profits au détriment des travailleurs et de l'environnement. Quant à l'élevage industriel, il va sans dire que nous le dénonçons, à cause notamment des conditions d'élevage et d'abattage infligées aux animaux. La Marmite est donc végétarienne. De plus, nous permettons ainsi au plus grand nombre, végétarien-ne ou non, de partager un repas... Une alimentation de qualité est aujourd'hui réservée aux populations favorisées, conséquence de la généralisation des produits industriels, bas de gamme, et de l'augmentation générale des prix des produits alimentaires. Avec La Marmite, nous voulons permettre à tous et toutes de bénéficier d'un repas de qualité, sain et équilibré.

Se réapproprier l'espace public

marmite occupation de l'espace publique gallerie euréka médiathèque chambéryLa Marmite est une cantine mobile qui s'installe dans des lieux publics, et notamment dans la rue. C'est une démarche de réappropriation temporaire d'un espace aujourd'hui sous contrôle sécuritaire et soumis au règne de la marchandise et du commerce. Aujourd'hui les rues de nos centres villes sont dédiées au commerce, à la consommation. Rien d'autre à faire que d'acheter. Ceux et celles qui n'en ont pas la possibilité ou y sont réfractaires en sont alors exclu-e-s par l'ordre sécuritaire (comme les jeunes des quartiers populaires, les zonards, les SDF...). La police patrouille, chasse les déviants et les suspects, contrôle au faciès, les caméras de vidéosurveillance normalisent les comportements. Au final, la marchandise occupe quasiment entièrement cet espace, étant la seule à avoir pignon sur rue. S'installer dans la rue, y organiser un repas collectif, c'est se réapproprier un espace qui nous est volé chaque jour, dans un moment de convivialité, d'expérimentation collective, de rencontres, d'échanges, en dehors des temps officiels de convivialité obligatoire (fête de la musique, braderie, carnaval, 14 juillet, fête des voisins...).

Le prix libre

marmite à prix libreLes repas de La Marmite sont à prix libre : chacun-ne donne ce qu'il veut ou ce qu'il peut, selon ses moyens. Ce principe donne la possibilité à quiconque de venir manger, en donnant la participation qu'il souhaite, allant de 0 à l'infini. Ce n'est pas la gratuité car le travail et la qualité du repas proposé ont un coût, que nous assumons par l'autofinancement, mais nous ne refuserons pas un repas à quelqu'un qui ne pourrait pas le payer. Le prix libre permet également de réfléchir à la valeur de ce que l'on a consommé, et d'y inclure le coût des produits (prix de revient), le plaisir que l'on a pris, le soutien que l'on donne à l'initiative... C'est tout simplement ne pas payer par réflexe mais se responsabiliser par une participation financière librement choisie. Cela nous réapprend à estimer par nous-même la valeur d'un repas et du travail en autogestion qui l'a rendu possible.

marmite

Pour finir....

La Marmite est donc un projet à plusieurs facettes qui contient la plupart des idées et des pratiques qui nous sont chères : liberté, égalité, solidarité, autogestion, respect des autres, de l'environnement, convivialité, auto-production, décroissance, réappropriation des espaces, des savoirs et des techniques. C'est une pratique concrète de l'anticapitalisme, c'est mettre en acte les idées anarchistes. La Marmite veut également pouvoir être présente sur des lieux de mobilisation sociale, pour soutenir un mouvement en action, pour diffuser et transmettre des idées et des pratiques.