MENU


CHAMBERY ! CONTRE LES EXPULSIONS, CONTRE LA REPRESSION, SOLIDARITE !

Publié le 30 Septembre 2019 (Mis à jour le :01-10-2019)


Début juillet, Lakhdar B. mourrait devant sa femme et ses quatre enfants suite à l'intervention policière pour les expulser du logement qu'ils occupaient. Cet événement n'a ému ni la police, qui s 'est défendue immédiatement en reportant la responsabilité de la mort sur la victime elle-même, ni les pouvoirs publics, qui ne se sont pas exprimés une seule fois sur le sujet, ni l'office Cristal habitat, en charge de leur logement, et qui continue d'expulser.

Il a néanmoins suscité la réaction de chambérien.ne.s, dont une centaine est venue demander au Conseil municipal de rendre des comptes sur la mort de cet homme, sur les méthodes policières, et surtout sur les expulsions qui mettent à la rue des familles entières, violence sociale quotidienne tout aussi meurtrière, bien que silencieuse.

Or le conseil municipal, à Chambéry comme dans de nombreuses communes, n'est pas un lieu de démocratie ou de dialogue avec les citoyens. C'est sans cacher son mépris, avec un sourire amusé, que M. Dantin, à la fois maire de Chambéry et vice-président de Cristal habitat, a assisté à l'évacuation musclée de ses administré.e.s.
Si les violences économiques et sociales nous semblent malheureusement courantes et intemporelles, nous constatons aujourd'hui en France et à Chambéry en particulier, un usage de la force policière de plus en plus fréquent et de plus en plus violent, comme en témoigne la répression sur le mouvement des gilets jaunes.
Ce n'est pas seulement les polices municipales et nationales qui ont été envoyées contre les manifestants, mais également la BAC, ainsi que des chiens, l'évacuation s'effectuant à l'aide de bousculades, d'étranglements et d'intimidations.

Une première participante a été arrêtée le soir même dans la rue, après la dispersion du rassemblement, à grand renfort de lacrymogènes. Elle a été condamnée aujourd'hui à 8 mois de prisons avec sursis ! 
Ce même lundi, un camarade de la CNT était en garde à vue au commissariat de Chambéry, suite à une convocation, trois mois après les faits. Son procès aura lieu début novembre, et il faudra craindre une condamnation plus disproportionnée encore pour ce militant, dont la justice pourrait être tentée de faire un exemple.
Pendant le même temps, ne sont inquiétés ni les policiers présents à la mort de Lakhdar B, ni les offices de logement qui autorisent et encouragent les expulsions de locataires, parfois de logements insalubres, ni la mairie ou les gouvernements coresponsables des politiques de logement.

Stop aux expulsions ! Non aux violences policières ! Un toit est un droit !
Soutien indéfectible aux camarades inquiété-es ! L'engagement militant n'est pas un crime !
La lutte continue !

Groupe de Chambéry de la Fédération Anarchiste, le 30/09/2019

PS : Une caisse de soutien pour les frais d'avocats a été lancé en ligne => https://www.leetchi.com/fr/c/r4G49GO5
Une caisse physique sera également présente sur les prochains évènements militants comme le No Pasaran.