MENU


Solidarité avec Exarcheia

Publié le 08 Septembre 2019 (Mis à jour le :08-09-2019)


L'attaque par le nouveau gouvernement grec du quartier rebelle d'Exarcheia à Athènes a débuté le 26 août par l'évacuation de quatre lieux occupés dont les squats Spirou Trikoupi 17 et Transito qui accueillaient des migrants/réfugiés. 143 d'entre-eux dont de nombreux enfants qui vivaient dans ces logements autogérés ont été transférés dans des camps. Le quartier, d'abord encerclé, est maintenant partiellement sous occupation policière avec son lot de provocations et d'agressions. La diffusion des infos et notre solidarité sont importantes pour les squats, espaces autogérés et collectifs qui s'organisent sur le quartier pour contrer cette tentative de "nettoyage" d'Exarcheia.

Plus d'infos avec des articles quasi quotidiens en français sur le site de Yannis Youlountas.

DÉCLARATION DE L'ORGANISATION POLITIQUE ANARCHISTE (APO) CONTRE LA CAMPAGNE RÉPRESSIVE DE L'ÉTAT

L’attaque répressive du 26 août à Exarcheia avec l’invasion d’une armée d’unités spéciales antiterroriste et de CRS, l’expulsion de quatre squats, l’arrestation de trois squatters et la détention de 143 réfugiés et immigrants et leur évacuation des squats, a été le premier acte d’une opération de guerre. Une opération qui a déjà été annoncée par les autorités et qui a été préparée, par les petits Goebbelsistes médiatiques, en ciblant systématiquement le mouvement anarchiste et tous ceux qui luttent

Cette opération a eu lieu juste après l’adoption de mesures anti-ouvrières, l’abolition de la “zone libre universitaire”, le renforcement de la législation raciste contre les migrants et les réfugiés et les attaques répressives contre les squats à Athènes et à Ioannina. Après les élections du 7 juillet, le nouveau gouvernement, en appuyant sur les actions du gouvernement précédent, a dévoilé le programme des prochaines années et a pointé ses principaux ennemis, les ennemis de tous les gouvernements : les anarchistes, ceux qui luttent, les migrants, les réfugiés et les travailleurs. Cette campagne de guerre contre tous ceux engagés dans la lutte fait partie de l’effort systématique de l’État grec pour subjuguer les résistances sociales et de classe et imposer sa domination. Un effort qui s’est toujours heurté au mur des mobilisations massives et dynamiques, des révoltes et des luttes.

La faillite de l’État et du système capitaliste et l’accélération de sa déchéance conduisent à une intensification des exclusions, à une violence sans fin contre les pauvres, au pillage et à la destruction irréparable de la nature, à la mort des populations persécutées aux frontières et à la survie dans la misère du travail galérien moderne.

Tant au niveau international qu’au niveau local, les dominants ont peur du mécontentement et de la colère du peuple face à ces conditions, ce qui les conduit à l’amélioration de leurs fortifications légales et répressives, à une guerre idéologique allant jusqu’à la déshumanisation de leurs adversaires et de ceux qui critiquent le régime. De la Grèce à la France, les laquais autoritaires ciblent ceux qu’ils nomment “racailles” et “ordures”, comme un prélude à l’exercice de la violence meurtrière.

Ils essaient de semer la peur, car des milliers de personnes s’y opposent. Les images de policiers armés, de l’invasion d’Exarcheia par la police et de l’evacuation des squats ont des nombreux destinataires : tous ceux qui étouffent sous ce régime d’exploitation et de domination. C’est à ceux-là que le mouvement anarchiste s’adresse et c’est d’eux qu’il puise sa force. De nos jours, la présence massive et combative dans les rues, la riposte contre la nouvelle garde prétorienne, la réaction collective du peuple en lutte et des opprimés s’imposent. La fin de la bataille contre cette campagne répressive aura déterminé l’équilibre des forces, entre l’État et les patrons d’un côté et les plébéiens de l’autre, pour les années à venir.

En ayant la solidarité comme arme, on donne le signal de la contre-attaque à la brutalité de l’État et du capitalisme. Nous revitalisons la résistance de classe et de la société. Nous appelons les camarades anarchistes, les squatters, tous ceux qui luttent dans le monde entier pour organiser des mobilisations et des actions en solidarité avec le mouvement anarchiste et les squats en Grèce. La solidarité internationaliste pourrait créer une autre barrière contre les projets de l’État et du capital et renforcer les résistances de tous les peuples en lutte du monde.

En tant qu’organisation politique anarchiste, nous participons, soutenons et appelons aux mobilisations organisées par l’assemblée NO PASARAN! des squats anarchistes, des logements pour réfugiés et migrants, des locaux et des collectifs politiques d’Athènes, ainsi qu’aux manifestations des 31 août et 14 septembre. Nous soutenons le Festival libertaire des squats à Thessalonique (3-6 septembre) et nous appelons à la manifestation contre la Foire Internationale de Thessalonique le 7 septembre et à la manifestation à Patra, le samedi 31 août à Esperos.

FACE À LA RÉPRESSION ÉTATIQUE

PAS DE REDDITION - PAS DE TRÊVE!

NO PASARAN ! 

CONTRE LA CAMPAGNE RÉPRESSIVE DE L’ÉTAT

SOLIDARITÉ AVEC LES SQUATS ET LES STRUCTURES DU MOUVEMENT

APPELS AUX MOBILISATIONS DE SOLIDARITÉ