MENU


Maudite soit la guerre !

Publié le 10 Novembre 2018 (Mis à jour le :11-11-2018)


Alors que notre cher président fait les éloges du boucher Pétain, que les commémorations du centenaire de la 1ère guerre mondiale se feront à Paris avec Trump et Poutine (entre autre), sur invitation de Macron, soit les 3 plus gros exportateurs mondiaux d'armement, il est clair que ce n'est pas la paix qui sera célébrée le 11 novembre, mais la guerre ! Nous tenions à rendre hommage à tous les soldats fusillés pour avoir refusé les horreurs de la guerre. Ils furent 6 originaires de Savoie à être assassinés par la fRance (sans compter les millions de morts pour rien dans les tranchées).

La Fédération Anarchiste a lancé une campagne fédérale antimilitariste avec tout un tas de ressources, visuels, textes, musique contre la guerre et l'armée ! Site par ici => https://abastouteslesarmees.noblogs.org/

Quelques infos sur les savoyards fusillés pour l'exemple : 

Sur les 668 militaires fusillés par l’armée française en 1914-1918, les Savoyards sont au nombre de six à avoir été condamnés à mort par une juridiction de guerre, puis passés par les armes.

- Conscrit de la classe 1911, Lucien Royer, de Entre-Deux-Guiers, est incorporé au 14e Bataillon de chasseurs à pieds, en casernement à Grenoble. Après avoir servi au Maroc occidental, il part pour les Vosges à la mobilisation en août 1914. Face aux Allemands. Blessé par balle, le soldat sera examiné par ses supérieurs qui détectent des traces de poudre autour de la plaie. Suspecté de mutilation volontaire, le jeune Royer sera condamné à mort et fusillé pour l’exemple, le 5 septembre 1914.
- Adolphe Rollet, originaire de Villargondran, conscrit de la classe 1908 est cuisinier à la 7e compagnie du 97e RI. Surpris en tenue civile alors qu’il circule dans la ville d’Arras, le jeune Mauriennais est arrêté, incarcéré puis traduit en conseil de guerre. Condamné à mort pour “abandon de poste en présence de l’ennemi”, il sera fusillé vendredi 6 novembre 1914 au lever du jour.
- Originaire de Saint-Jean d’Arvey, Émile Cochet rejoint le 97e Régiment d’infanterie à Chambéry, à l’heure de la mobilisation en août 1914. En avril 1917, muté au 118e Régiment d’infanterie, il est au Chemin des Dames, dans l’Aisne. Il déserte son régiment le 27 mai, alors que celui-ci est en cantonnement à l’arrière après un temps de présence en première ligne. C’est dans son village, à Saint-Jean d’Arvey qu’il sera arrêté le 23 juillet 1918 et grièvement blessé lors de son arrestation. Il décède quelques jours plus tard à l’hôpital militaire de Chambéry. Son nom ne figure sur aucun monument aux morts.
Le daubé (https://www.ledauphine.com/france-monde/2014/10/25/fusilles-de-la-der-des-ders-des-savoyards-passes-par-les-armes)

Motion antimilitariste 77e Congrès de la Fédération Anarchiste mai 2018 : Maudite soit la guerre !

Les conflits militaires à travers le monde, les tensions régionales, les menaces et agressions (notamment nucléaires, chimiques…) restent le mode privilégié des relations entre les États ; le tout au profit des lobbys militaro-industriels.

Les peuples subissent ces violences et sont les jouets macabres des stratégies militaires et politiques : tueries, viols, enlèvements, séquestrations, humiliations et destructions systématiques des infrastructures civiles (eau, hôpitaux, écoles…). Les populations sont déplacées, maltraitées, prises en otage et réprimées dans toutes leurs tentatives de rébellions et de résistances.

Tous les États sont assassins. Hier, la France en Algérie ou le génocide au Rwanda. Aujourd’hui, citons l’Arabie Saoudite bombardant les populations Yéménites, la Birmanie (Myanmar) persécutant les Rohingyas, l’État Israélien tirant sur des populations Palestiniennes désarmées, l’État Syrien massacrant tout azimut sans oublier les États criminels d’Afrique et d’Amérique Latine… et demain ? Y compris tous les États producteurs d’armes, dont la France, exportant les guerres là où se situent leurs intérêts.

De plus, à l’échelle locale, la militarisation de notre quotidien se traduit par l’accoutumance à une présence militaire et policière permanente. Cet état de fait se caractérise par l’intensification de la répression de toute contestation et l’entrée dans la Loi des mesures d’État d’urgence. On retrouve même aujourd’hui en France certains politiciens (Le Pen, Macron, Mélenchon, …) souhaitant un retour au service militaire. Jusqu’aux États-Unis d’Amérique, entre autres, où l’armement des civils les amène à s’entre-tuer.

Que ce soit à l’échelle mondiale ou locale, la stratégie est toujours la même : instrumentaliser les peurs des individus de plus en plus isolés pour imposer la nécessité d’État-Nations forts. Ces États-Nations sont les chiens de garde, voire le bras armé des intérêts capitalistes.

Il est urgent d’affirmer l’Internationalisme Anarchiste, la solidarité entre les peuples, l’abolition des frontières et le refus des guerres comme projet humain !




FA73