MENU


Trajectoire sécuritaire et antisociale à Chambéry !

Publié le 27 Décembre 2017 (Mis à jour le :14-01-2018)


Alors même que la mairie tente de réduire la présence des ATSEM [1] dans les écoles maternelles et coupe dans les budgets des associations dans l’éducation ou la culture, il y a un poste qui ne manque pas de pognon : la surveillance et le contrôle de l’espace publique. A Chambéry, comme ailleurs.

EN PREMIER LIEU, LA POLICE :

Le très important déploiement de force policier lors de la manifestation contre le fascisme suite à l’attaque de la rentrée du groupe de la Fédération anarchiste devrait nous faire réfléchir. Du jamais vue sur Chambéry ! Fouille obligatoire pour rentrer sur la place de mairie (lieu de départ de la manif’), confiscation de bouteilles en plastique, et de manches pour drapeaux, etc … Environ 80 policiers en tenue anti-émeute vont « encadrer » la manifestation à « l’allemande », sans compter les flics en civil. On notera les priorités de la préfecture : mettre la pression sur les antifascistes et laisser les fascistes agir à leur guise.

Chambéry octobre 2017, police antifa

Nous pouvons aussi constater l’augmentation des patrouilles de flics dans le centre ville de chambéry, notamment municipaux (passé de 26 en 2014 à 40 en 2017), désormais armées et en gilet par balle (à l'instar d'Aix-les-bains, La Ravoire). Certains vont dire que cela est pour protéger. Mais protéger qui ?

L’exemple de la fermeture au public du commissariat de Chambéry le Haut est un très bon exemple du rôle de la police : ce commissariat ne prendra plus les plaintes des habitants, mais restera une base opérationnelle pour les flics. Elle n’existe donc pas pour assurer un service public, mais bien pour être une force de pression à l’encontre de certains quartiers et certaines catégories de la population. Ce commissariat va accueillir les 21 policiers du Groupe Départemental d’Intervention qui, péle-mèle, sont « spécialisés dans le maintien de l’ordre, notamment pour les manifestations à risque », effectuent des « contrôle sécurité routière », et sont « formés pour lutter contre le terrorisme », « avec des équipements adéquats et des fusils d’assaut ». Le commissaire Reymont assure avoir « remis en vigueur les patrouilles pédestres » à « Chambéry le haut, faubourg Montmélian, quartier du Biollay ou encore le parc du Verney » [X].

Autant dire, des cow-boys formés à l’action qui glandent toute la journée dans des rues désespérément calmes ne croisant que quelques colleur-euses d’affiches ou fumeur-euses de pétard. Faudra pas s’étonner si ils cherchent un peu à provoquer, ce pourquoi ils sont formés...

A CELA, ON PEUT AJOUTER LA SURVEILLANCE H24,

1,4 millions d’euros dépensés dans les nouveaux locaux flambant neuf de la police municipale au 18 avenue des Ducs de Savoie. La particularité de ces locaux est qu’ils accueillent le centre de visionnage en direct des images des caméras de surveillance. 7 troufions qui regardent les écrans, 43 caméras (50 de prévu en 2018) et le projet de la mairie est clair « 10 nouvelles caméras par an ». [X] Et ce, sans compter les caméras privées, du palais de justice, du réseau STAC, des nouveaux parking payant, de l'agglomération (La Ravoire, Aix-les-Bains ou bientôt St-Alban-Leysse et Jacob Bellecombette), et compagnie ... L'objectif du Centre de Supervision Urbain est de centraliser les images de toutes ces caméras. Orwelien ...

chambéry ville fliqué

La vidéo-surveillance ne sert qu'a aseptiser les rues des centres-villes, elle n'est pas efficace contre les agressions ou le terrorisme mais sert aux intérêts clientélistes des politiciens. Liberticides, elle attise les peurs, fait monter le sentiment d'insécurité, faisant de chacun d'entre nous une cible potentielle du délire sécuritaire.

En conclusion, Chambéry est une parfaite symétrie de la société actuelle : crise financière, austérité et parallèlement préparation de la normalisation sociale, du maintien de l’ordre et de la répression des opposants à ces politiques antisociales.

NI DANTIN, NI MACRON ! GERONS LA VILLE NOUS MÊME !

[1] https://www.francebleu.fr/infos/education/la-colere-gronde-dans-les-ecoles-maternelles-chamberiennes-1513877109
[2] « Daubé’ enchainé » 12/11/2017
[3] « Daubé’ enchainé » 17/12/2017

Quelques documentaires pour allez plus loin sur le rôle de la police, sur le sentiment d'insécurité et ses causes. Ou encore sur le fait de "N'avoir RIen à Cacher" ...



FA73