MENU


Premier mai, Nous ne fêtons pas le travail !

Publié le 26 Avril 2016 (Mis à jour le :26-04-2016)


Le 1er mai, une histoire de luttes... Chicago, 1e mai 1886 : une grève générale éclate pour réduire la journée de travail à 8 heures. Elle se prolonge, le 3 une manifestation tourne à l’émeute et fait 3 morts, le 4 une bombe tue un policier et 7 autres meurent dans l’affrontement qui suit. 5 syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort. Cette date devient rapidement une journée annuelle de luttes et de commémoration des massacres d’ouvrier.e.s.

Barcelone, 1890 : grève générale pour la journée de 8h. La même année à Vienne (Isère), suite à l’agitation des libertaires un mouvement de grèves spontanées éclate, une usine textile est pillée, des barricades fleurissent. Fourmies (Nord), 1891 : la policie tire sur une manifestation tuant 9 personnes. Le même jour la police blesse 3 anarchistes à Clichy ; à Rome la manifestation se solde par un mort et 200 arrestations. Chicago, 1894 : grève massive des chemins de fer, des émeutes éclatent aussi à Cleveland (Ohio). France, 1906 : grève générale pour la journée de 8h, qui ne sera totalement établie qu’en 1919. Paris, 1907 : un anarchiste tire sur la police, il fera 17 ans de bagne. Buenos Aires, 1909 : une manifestation anarchiste ouvrière de 30000 personnes est réprimée, avec 8 morts et 105 blessés. S’ensuit une grève générale qui sera écrasée dans le sang. Cleveland, 1919 : une émeute éclate, 2 morts, 40 blessé.e.s et 116 arrestations. Turin, 1920 : un mois après la grève générale, un meeting regroupe 100 000 travailleur.euse.s ; la police charge, tire, tue 2 personnes et en blesse 30. Turquie, 1924 et 1925 : les manifestations, illégales, sont dispersées. Chine, 1925 : fondation de la Fédération des syndicats de Chine. Barcelone, 1931 : manifestation de la CNT, avec des délégations anarcho-syndicalistes d’Europe, cortège de 100 000 personnes. La foule envahit le palais de la généralité, des coups de feu sont échangés (3 morts) et le massacre est évité grâce à une compagnie de fantassin ralliée aux manifestants. Espagne, 1936 : sortie du 1er numéro de Mujeres libres, journal de l’organisation féministe et anarcho-syndicaliste du même nom. Athènes, 1944 : 200 prisonniers communistes sont exécutés par l’armée allemande. Sicile, 1947 : 11 manifestant.e.s sont tué.e.s et 27 blessé.e.s par un groupe mafieux séparatiste. Honduras, 1954 : début de la plus grande grève de l’histoire du pays. Portugal, 1974 : Une semaine après la chute du dictateur Salazar, plus grande manifestation de l’histoire du pays. Paris, 1979 : 1er attentat du groupe Action directe contre le siège du Conseil national du patronat français (ancêtre du MEDEF). En Allemagne, depuis 1987, des affrontements ont lieu chaque année entre la police et les manifestant.e.s anti-capitalistes. Moscou, 1990 : M. Gorbachev est hué par la foule et doit quitter la tribune. Le même jour à Paris des anarchistes renomment la station de métro “Stalingrad” “Commune de Krondstadt”. France, 2002 : 1,3 million de personnes manifestent contre l’extrême-droite. Etats-Unis, 2006 : grande grève des immigré.e.s latino-américain.e.s pour l’égalité. Los Angeles, 2007 : la police charge brutalement un rassemblement. Grèce, 2010 : affrontements dans plusieurs villes. Istamboul, 2012 : 60 anarchistes sont arrêtés lors de la manifestation (comme en 2007 et 2008). 1er mai 2013 : émeutes et affrontements à Madrid, Montréal, Seattle, Bogota, Santiago, Istamboul, Le Caire, en Algérie...

... et de récuprérations politiciennes

Certain.e.s célèbrent le 1er mai la fête de la valeur travail, il.lle.s légitiment ainsi l’exploitation du plus grand nombre par une minorité. 1920 : l’Union sovétique fait du 1er mai la fête des travailleurs, ou plutôt du régime bolchévique. En réaction il devient l’année suivante aux Etats-Unis “Americanization Day”. Il devient en Allemagne en 1933 le “Jour du travail national”. 1941 : le maréchal Pétain et René Belin, ancien dirigeant de la CGT devenu ministre du travail, proclâment le 1er mai “fête du travail et de la concorde sociale”. 1955 : Le pape Pie XII institue le 1er mai la St Joseph, patron des artisans et symbôle de la famille chrétienne. 1961 : Fidel Castro proclame le caractère socialiste de la révolution cubaine. 1968 : le Parti communiste tente
d’exclure par la force les anarchistes de la manifestation parisienne. Depuis 1988 le Front national organise sans grand succès un rassemblement en l’honneur de Jeanne d’Arc. 2012 : Nicolas Sarkosy organise un rassemblement pour fêter le “vrai travail” (les gaulistes avaient essayé de le faire à 2 reprises dans les années 1940).

NI REPRESSION, NI RECUPERATION 
LE 1er MAI, VIVE LA REVOLUTION !